Source: Externe

 

Le retour d’un ancien président de la République, mélomane à l’oreille aiguisée, lecteur de Classiques du XVIIième siècle, et célèbre hausseur d’épaules, m’inspire ce petit billet. Car je suis fasciné de le voir déployer tant d’énergie pour revenir et abattre ses rivaux. C’est un lutteur et il va lutter, comme un nageur en mer, surpris par la tempête qui met toute son énergie pour rejoindre la côte sain et sauf. C’est un lutteur et il va lutter, mais pour quoi faire, au juste ? De nouveau diriger son parti, de nouveau diriger son pays ? Cela peut-il être le but d’une existence de simplement « arriver » aux plus hautes fonctions, si une fois qu’on y est, on en fait que peu de choses ?

En effet, une dérive dangereuse de notre classe politique actuelle est de consacrer l’essentiel de son temps et de son énergie à se faire élire, alors que le but d’un élu n’est pas de garantir sa future élection, mais de travailler au bien commun de ses concitoyens – en un seul mot et pas deux-.

Ce serait un peu comme si un boulanger avait mis toute sa bonne volonté et son intelligence à devenir boulanger, et qu’ensuite, une fois son diplôme  obtenu, il ne faisait que du mauvais pain par paresse et manque d’implication… C’est comme si un professeur (il y en a) avait travaillé sans relâche pour le devenir, et ne faisait ensuite que le minimum  (je ne dirai jamais de nom, même sous la  torture…)  en méprisant ses élèves car lui, maintenant est arrivé, et ne fait plus aucun effort…

Mais ne nous méprenons pas, faire bien un métier est une tâche bien plus ardue que d’obtenir une place… Accomplir une mission, toujours la même, voilà le vrai défi… Car pour l’accomplir au mieux chaque jour, il faut savoir se renouveler, se remettre en question ; c’est-à-dire changer sans avoir besoin de le dire…